Déclaration – Élections Présidentielles 2012

6 questions pour 2 candidats qualifiés

Crise du logement, mixité sociale, densification urbaine, PPP… L’élection présidentielle de 2012 en France est l’occasion de questionner les candidats sur des sujets essentiels à l’architecture, et qui expriment aussi des choix de société.
Avec six questions directes, AA [L’Architecture d’Aujourd’hui] sonde la réflexion de ceux qui entendent conduire le pays. Si vous êtes intéressé[e], trouvez les réponses en pièce jointe.

 

AA. Face à l’expansion des zones urbaines, qui repousse les habitants/travailleurs vers les périphéries, aggrave les problèmes de transport, détruit les terres agricoles ou naturelles, quelles sont vos trois priorités ?
Et pourquoi pensez-vous qu’elles vont être de nature à résoudre le problème ?

AA. Devant l’insuffisance de production de logements, et notamment de logements sociaux, quelles sont vos trois priorités ?
Et pourquoi pensez-vous qu’elles vont améliorer la situation ?

AA. En dépit d’efforts constants, depuis plus de vingt ans, mais à un rythme trop lent, la rénovation des grands ensembles est loin d’être achevée et laisse se paupériser les quartiers sensibles, mal desservis, sous-équipés et sans mixité sociale.
Quelles sont vos trois priorités ?

AA. Les chefs d’état sont souvent bâtisseurs, très peu sont urbanistes. Quels sont vos projets et vos priorités ?

AA. Effritement des moyens pour la formation des architectes, suppression de la recherche en architecture, carcan réglementaire limitant le rayonnement de la pratique, rôle étriqué de l’architecte. Toute la chaîne de la profession, honorée en apparence, est bien délaissée dans la pratique.
Comment comptez-vous inverser la tendance ?

AA. Les projets PPP (partenariat public-privé) asservissent les architectes à des objectifs financiers. L’architecture y devient un critère de choix secondaire. De grands projets publics sont ainsi architecturalement amoindris.
Pensez-vous que l’architecture est le premier critère pour construire un bâtiment dans un programme donné et dans un prix juste ? Pensez-vous que sacrifier la qualité architecturale en réduisant la concurrence à quelques grands groupes de construction est une politique humaniste et démocratique ?

La conclusion de la revue AA [L’Architecture d’Aujourd’hui] est la suivante.

 

Quand l’un analyse et consulte, l’autre décide et réalise.
Deux visions, deux caractères.
La solution doit-elle naître de la méthode,
ou la méthode doit-elle découler de la solution ?

les questions-réponses

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.